Les croix à travers le temps

'est le pape Léon III qui, en 779, exigea que l'on érige des signes chrétiens dans les campagnes sans doute pour faire table rase des divinités païennes qui trônaient encore. Le signe chrétien par excellence étant celui de la croix, on en rencontra bientôt au bord des routes tout d'abord construites en bois. Dans les siècles qui suivirent, la christianisation s'étendit et la présence de croix aux abords des routes se multiplia. Léon IIIMais le bois présentait un gros désavantage: il s'use avec le temps. On commença donc à les protéger par des petites maisonnées qui l'entouraient, ce qui donna lieu aux premiers oratoires. L'idée vînt également de remplacer le bois par la pierre. Ainsi sont nées les croix de chemin.

Le nombre d'érections de croix n'a fait qu'augmenter du XVème au XIXème siècle. Dans le canton de Cattenom, trois croix datent du XVème siècle, une dizaine du XVIème puis du XVIIème, 41 du XVIIème et enfin 74 sont datées du XIXème. Ceci ne tient compte que des croix qui ont persisté jusqu'à nos jours et dont nous réussissons à déterminer la date, soit par l'inscription, soit par comparaison. La stagnation du nombre de croix érigées entre le XVIème et le XVIIème siècle s'explique par la guerre de 30 ans (1618-1648) qui a tellement ravagé le pays que pendant les 50 ans qui suivirent cette guerre, plus personne n'érigea de nouvelle croix car la population avais perdu ses repères et n'avait ni l'envie ni les moyens d'afficher sa foi. Le XXème siècle a également ralenti et même arrêté l'implantation de ces monuments (seulement 4 datent de ce siècle dans le canton de Cattenom). Le XXIème siècle ne s'annonce pas meilleur...

Si les croix de chemin ont réussi à se maintenir jusqu'à nos jours, ce n'est pas sans mal. A de nombreuses fois, elles ont failli disparaître complètement de nos campagnes. Ce fut d'abord la guerre de 30 ans qui a tout ravagé et a ainsi considérablement réduit le nombre de croix (il n'en reste plus qu'une vingtaine dans le pays de Cattenom antérieures à cette guerre). La révolution française les a également mis en péril: plusieurs décrets ont ordonné la disparition de tous les signes religieux aux abords des chemins et ont interdit l'apposition de ce genre de signes. Heureusement, l'arrondissement de Thionville Est a été assez épargné (contrairement à Thionville Ouest). La fréquence des croix d'une époque constitue donc un reflet fidèle des mentalités et organisations de cette époque.

Les grandes misères de la guerre de Jacques Callot - dévastation d'un monastère

(les grandes misères de la Guerre de Jacques Callot - Dévastations d'un monastère)

La représentation sculptée sur les croix a également varié dans les ères. A partir du XIIIème siècle, elles évoquent souvent la souffrance et la mort du Christ en croix, comme le portement de la croix par celui-ci. Sur les croix figurent des images car elles permettent aux analphabètes, nombreux à l'époque, de pouvoir comprendre le message qu'elles essayent de faire passer. A partir du XVIIIème siècle, la scène de la Crucifixion est parfois remplacée par une simple croix et on fait apparaître de nombreux symboles (coeur percé, IHS, ...)

Désafection d'une église pendant la révolution (gravure de Swebach)

(Désafection d'une église pendant le mouvement de déchristianisation faisant suite à la révolution (gravure de Swebach) - les ojets de culte sont utilisés pour un défilé de carnaval)

On considère comme croix anciennes celles antérieures à la Révolution Française (1789). Elles sont au nombre de 45 dans le pays de Cattenom. Les autres croix, celles plus récentes, sont 81. De plus, chaque sorte de croix a eu son époque de gloire. Les bildstocks apparaissent vers le XVIème siècle et deviennent plus rares après la Révolution. Les retables, bien que présents à partir du XVème siècle, ont leur instant de gloire aux XVIII et XIXèmes (47 datent de cette époque). Les calvaires sont toujours présents d'une époque à l'autre mais en nombre limité. Les croix prennent leur essor après la Révolution: on en recense 49 au XIXème siècle. Mais malgré une telle évolution et une telle diversité, la manière de construire une croix de chemin est à peu près restée la même au cours du temps.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site