Calvaire de la Louve (Boler)

Date: 1713

Type:  Calvaire

Lieu:  Lieu-dit du Herrenfeld, chemin d'Usselkirch, sur la route reliant La tour d'Usselskirch à Boler (Boler).

Historique:   Appellé aussi "Wolfskreuz" ou encore "calvaire du moulin de Boler", ce calvaire a été érigé en 1713, date portée sur la face et le revers de base du croisillon, ou 1715, date portée sur le revers de la base du fût, par François Lapierre, de Rombas (57), suivant la signature portée sur la face de la base du fût, auteur d'une croix semblable à Uckange . La légende dit qu'un couple qui revenait du cimetière car ils venaient de perdre leur fils se fit attaquer par un loup. Mais ces deux personnages furent défendus par une armée de corbeaux qui se jetèrent sur l'animal et lui crevèrent les yeux. Le loup prit alors la fuite et en remerciements pour ce miracle, le couple fit construire ce chef-d'oeuvre. Si la légende est vraie, les deux personnages en question seraient les occupants du moulin de Boler, Pierre et Madeleine.

Représentations:   Le calvaire était, il y a peu, flaqué de deux sapins et entouré par une barrière en fer, dont il reste encore un morceau à la base du fût. Rénové il y a peu, il est chargé d'une décoration excessive et spectaculaire. Le fût illustre de nombreux instruments de la Passion (clous, tenailles, échelle, corde, glaive, lance, marteau...), des symboles religieux (coeur transpercé, calice avec hostie...) et d'autres décorations. Entouré de ces multiples attributs, St Pierre, patron du donateur, se dresse sur une stèle, tenant sa clé mais ayant perdu sa tête. En haut du fût sont présents plusieurs oiseaux, l'oiseau central tenant entre ses griffes une bête qui, en se fiant à la légende, serait un loup. Sur la base du croisillon figure la colombe, symbole du St Esprit et troisième personnage de la Trinité. Jésus-Christ crucifié, portant l'empreinte de la souffrance, les côtes visibles et la plaie ouverte, les genoux bombés par la pesanteur du corps et les bras obliquement étendus, surmonte ce dernier et constitue la seconde personne de la Trinité. Au dessus de l'inscription INRI qui surmonte celui-ci, est représentée la première entité de la Trinité, Dieu le père, à la barbe longue et les bras étendus sur son fils en croix. Il lui tend une imposante couronne, qui entoure le crucifix, ce qui constitue la récompense de ses souffrances et symbolise la la royauté du Christ. Ainsi, toute la trinité est représentée. Autour du Christ figurent Marie et Jean, chacun ayant la main droite sur le coeur en signe de souffrance. Aux pieds du Messie est agenouillée Marie-Madeleine, essuyant celui-ci avec un chiffon. Au dos du croisillon est représenté le Portement de la croix. Le tout est surmonté d'un cadran solaire unique en son genre en Lorraine, sur lequel on remarque encore les chiffres romains. Plusieurs inscriptions figurent sur le calvaire, dont un poème: "La croix peut à tous les mortels donner l'immortelle couronne mais aussi faut-il être que Celui qui nous donne. Mon amour est en croix et pour suivre ses lois, je dois vivre dans les supplices." Ce monument constitue donc un répertoire expressif de tout ce que Jésus-Christ a pu endurer dans sa Passion mais anticipe également sur sa résurrection avec la figuration de la Trinité.

Fabrication: Pierre calcaire.

Etat:   NC

Coordonnées:  49.440781 6.217205

 

Localisation:


Agrandir le plan

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site